Contact client : +33 1 76 42 00 45 hello@ferpection.com

July 15, 2019

Serious Play, jouer pour innover !

Écouter des acteurs différents pour construire ensemble de nouveaux services ou produits est le principe de la co-conception ou co-design. De plus en plus d’annonceurs sont convaincus aujourd’hui du bienfait de ce processus de conception. Réunir tous les acteurs métiers et les utilisateurs finaux autour d’une même table est une des clés du succès pour atteindre le Saint Graal du 21ème siècle «l’innovation». Cependant, comment pouvons-nous faire communiquer ensemble des personnes différentes ? En effet, toutes les parties prenantes d’un projet possèdent leur propre langages et objectifs, la cohabitation peut parfois être complexe si elle n’est pas facilitée.

Et si la solution était tout simplement de faire jouer ensemble tous ces acteurs ? Quoi de mieux pour casser les frontières entre les personnes et créer un langage commun que le jeu, cette activité qu’on a tous pratiquée depuis notre plus jeune âge. C’est le principe du Serious Play. Le jeu en entreprise a émergé dans les années 70 dans la Silicon Valley sous la forme du Gamestorming. À l’époque, le but était de casser le déroulé souvent trop monotone des séances de brainstorming pour produire un meilleur résultat. Au fil des années ce concept a évolué et a pris de nouvelles formes. LEGO® a développé sa méthode LEGO® SERIOUS PLAY®, la communauté du Gamestorming s’est réunie autour d’un livre et d’un site internet et l’essor des jeux vidéos dans les années 2000 a créé les Serious Games. Aujourd’hui, peu importe la méthodologie appliquée, le but premier du Serious Play est de créer de l’intelligence collective et ses effets bénéfiques sont nombreux comme le renforcement de la cohésion d’équipe ou le boost de créativité.
Pour que votre session de Serious Play soit une réussite il vous faut respecter quelques étapes et principes clés :

1. L’espace de jeu

L’endroit où va se dérouler votre session de Serious Play est primordiale pour la réussite de votre atelier. Il faut choisir un espace qui favorise la convivialité et la créativité. Votre but est de créer un moment, une bulle coupée des éléments extérieurs pour que les participants soient focalisés sur le jeu. Certains aspects logistiques sont aussi à prendre en compte dans le choix du lieu. La salle permet-elle aux participants de se déplacer facilement ? Les tables peuvent-elles changer de configuration ? Avez-vous une zone d’affichage assez grande (tableau, mur blanc…) ? En effet, une session de Serious Play demande une participation active donc du mouvement, des interactions, des déplacements…

Faire se déplacer les participants dans l'espace de jeu permet de les impliquer davantage.

2. Le maître du jeu

Le maître du jeu aussi appelé facilitateur va avoir un rôle majeur pendant votre Serious Play. Il est le garant du déroulement de la session et de la qualité des résultats. Son plus grand challenge est de rester impartial et de ne pas prendre part aux décisions et aux réflexions. Il doit guider le groupe de participants sans l’orienter, son objectivité est un des éléments clés d’une session réussie. Un conseil pour être un bon maître du jeu : préparez-vous ! Bien préparer le filage des ateliers vous garantit déjà en grande partie d’une session réussie.
"Plans are of little importance, but planning is essential."
Winston Churchill

3. Les règles du jeu

Les règles du jeu se divisent en deux catégories : les règles de vie et les consignes. Les règles de vie sont instaurées en introduction de la session, elles sont inhérentes à l’espace de jeu. Ce sont elles qui vont permettre au groupe de jouer dans les meilleures conditions. Les règles les plus fréquentes sont les suivantes : les ordinateurs et téléphones restent à l’extérieur de l’espace de jeu, il n’y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, les participants doivent s’écouter et ne pas se couper la parole. Les consignes sont quant à elles les règles à suivre pour jouer, ce sont les instructions de jeu. Elles doivent être énoncées clairement par le maître du jeu et elles ne doivent pas orienter les participants vers une réponse. C’est grâce aux consignes que le Serious Play met tout le monde sur un même pied d’égalité. Il n’y a pas de PDG ou autre CEO quand il s’agit de dessiner ou réaliser une construction en Lego.

4. Les artéfacts

Un des principes du Serious Play est de faire passer les participants d’un modèle mental automatique à un modèle mental adaptatif. C’est-à-dire de passer d’une situation connue et maîtrisée à une situation inconnue. Pour cela il faut mettre de côté son système cognitif et utiliser son cortex préfrontal. C’est ici qu’entre en scène les artéfacts. Ce sont des objets utilisés pour jouer, autrement dit on va se servir de nos mains pour réfléchir. On peut utiliser des LEGO, des figurines, des post-it, un plateau… les artéfacts sont multiples. Ils vont servir à passer de la réflexion à l’action, mais surtout ils vont créer un langage commun entre les participants.

Dans une session LEGO® SERIOUS PLAY®, les briques deviennent le langage commun entre les participants.

5. La zone de défi

La construction d’un jeu est une étape essentielle pour garantir le succès d’une session Serious Play. Le but des jeux est d’amener les participants d’un point A à un point B. C’est à dire dépasser la situation initiale (le point A) pour atteindre l’objectif et le but que le maître du jeu a fixé (le point B). Entre ces deux points, il y a la zone de défi. C’est dans cette zone que les participants vont faire émerger des idées. Attention, il faut bien adapter la difficulté du défi en fonction du but à atteindre. Si le défi est trop complexe alors que le but à atteindre est simple alors votre session de Serious Play ne fonctionnera pas.


Les trois phases de la zone de défi.

On observe 3 temps bien distincts dans cette zone de défi.
  1. Le premier temps est la phase d’ouverture, on cherche à créer une divergence. 
  2. Le second temps est celui de l’exploration, les participants sont amenés à faire émerger des idées. 
  3. Le troisième et dernier temps est la phase de finalisation, le maître du jeu va faire converger les participants.

C'est au facilitateur de faire se succéder les zones de défi pour atteindre le point B.

Une session de Serious Play peut enchaîner plusieurs jeux pour créer une dynamique. En effet, pour atteindre son objectif il n’y a pas qu’une seule route possible. C’est au maître du jeu de définir pendant le filage de l’atelier le rythme et l'enchaînement des zones de défi.

6. Suivre le Flow

En plus de la gestion des zones de défi, le maître du jeu doit faire attention à respecter la Théorie du Flow. Ce concept a été élaboré par le psychologue Mihály Csíkszentmihályi en 1975. Le Flow est cet état où le participant va être pleinement concentré sur le jeu et le but à atteindre. C’est dans cette zone que l’émergence va être la plus efficace. Pour faire entrer les participants dans le Flow, le maître du jeu doit faire attention à la zone de défi et sa complexité mais aussi aux capacités et aux compétences des participants. Si la zone de défi est trop complexe et les compétences des participants sont faibles alors on va générer de l’anxiété; ou inversement si les compétences sont élevées mais le niveau du défi est trop faible alors on va créer de l’ennui.


Schéma de la théorie du Flow de Mihály Csíkszentmihályi.

Jouer ? Oui mais à quels moments ?

Comme pour toutes méthodologies, le Serious Play doit s'utiliser à des moments précis pour être efficace. Rien ne sert d'appliquer ce principe à toutes les sauces, il faut choisir le bon moment pour l'utiliser. On distingue trois moments propices pour jouer, en voici une description avec des exemples de jeux à proposer :

1. Jouer pour briser la glace

On connait tous ce moment de flottement au début des réunions, ces quelques minutes où les cerveaux se mettent en route. Malheureusement le temps en entreprise est une denrée rare. Pour palier à ce problème faîtes jouer les participants en introduction de la réunion pour éveiller les esprits et briser la glace.

"20 secondes pour changer"
Les participants se mettent deux par deux et face à face (possibilité de faire un groupe de trois pour les réunions avec un nombre de participants impair). Ils doivent se regarder et s'observer pendant 30 secondes. Une fois ce temps écouler, les participants se retournent et ont 20 secondes pour changer un élément de leur apparence (vêtements, objets...). Au bout des 20 secondes les binômes se remettent face à face et celui des deux qui trouvent l'élément différent à gagné. Le jeu est en deux manches gagnantes. 

2. Jouer pour réfléchir ensemble

La phase d'idéation est indispensable dans la vie d'un projet. Le jeu permet de booster la créativité donc d'optimiser cette étape d'émergence des idées. Les moments d'idéation sont multiples : on peut réfléchir pour définir sa nouvelle vision d'entreprise, on peut réfléchir pour comprendre le problème à résoudre... C'est à vous de trouver le jeu le plus adapter à votre besoin.

"les 5 pourquoi"
Distribuer une feuille découpée en 5 cases à chacun des participants (de 5 à 8 participants). Énoncer le problème aux participants et demander leur d'expliquer pourquoi ce problème existe dans la première case en 1 à 2 minutes. Demander de faire passer la feuille à leur voisin de droite et demander d'expliquer dans la seconde case pourquoi la réponse de la première case est une raison valable en 1 à 2 minutes. Continuer les tours jusqu'à avoir fait remplir les 5 cases. Ensuite laisser 15 minutes aux participants pour débattre.

Exemple : Mon produit n'est pas adopté. Pourquoi ? Mauvais design. Pourquoi ? Manque de ciblage. Pourquoi ? Manque de connaissance client. Pourquoi ? Cloisonnement entre les départements. Pourquoi ? Manque de cohésion d'équipe.

3. Jouer pour résoudre et décider

Décider n'est jamais un acte simple dans la création d'un nouveau service ou d'un projet. Les idées viennent se confronter à la hiérarchie et un manque de dialogue peut se faire ressentir. C'est à ce moment-là que jouer peut prendre toute son importance. Mettre tout le monde sur un même pied d'égalité permet d'avoir toutes les cartes en main pour décider sereinement.

LEGO® SERIOUS PLAY®
Pour réaliser un atelier LEGO® SERIOUS PLAY® demander de l'aide et la participation d'un facilitateur certifié. Cette méthode va vous permettre de mettre les participants au même niveau et de créer un langage commun pour résoudre aussi bien vos problèmes liés à votre business que votre équipe.

Construction d'un "paysage" pendant une session de LEGO® SERIOUS PLAY®.

En résumé :

Une session de jeu en entreprise va vous permettre :
  • De créer de l'intelligence collective
  • De booster la créativité
  • De renforcer la cohésion d'équipe
  • De créer un langage commun
  • De mettre tout le monde sur un même pied d'égalité

Vous souhaitez en savoir plus sur les différentes méthodes de recherche utilisateur à disposition pour mieux comprendre vos utilisateurs et tester vos produits et services ? Rendez-vous sur notre page solutions ou contactez-nous pour une démo

Tous les articles de la catégorie : | RSS

Mathieu Lombard

Mathieu Lombard

Mathieu est Consultant UX chez Ferpection. Il est en charge de l'expertise UX et accompagne nos clients grâce à ses analyses et recommandations. Convaincu par la co-conception, Mathieu s’est formé au fil des années à différentes techniques de facilitation.

Vous avez un projet d'étude utilisateurs ? Découvrir la démo gratuite