Contact client : +33 1 76 42 00 45 [email protected]

October 21, 2021

Comment tester une application mobile en 4 étapes ?

Mise à jour : 21.10.2021
Lorsqu’une entreprise développe une application mobile, elle a en général 3 objectifs : générer des téléchargements, fidéliser les utilisateurs et obtenir de bons commentaires sur les stores. Pour y parvenir, il est impératif de mener des tests UX à plusieurs étapes de sa conception. Dans cet article, on vous explique comment tester une application mobile et exploiter les retours des utilisateurs.

1. Mener un développement Agile et tester l’application mobile régulièrement

Lors du développement d’une application mobile, l’équipe projet peut décider de la tester pendant ou après son élaboration. Cependant, chez Ferpection, nous avons notre avis : nous sommes clairement de la team « tester pendant ». Pourquoi ?

Car procéder à des tests utilisateurs au cours des différentes livraisons, vous permettra de faire évoluer directement l’application. Ainsi, vous mettrez à disposition sur le store une application à l’UX satisfaisante dès le départ. À l’inverse, développer une application et la tester lorsqu’elle est terminée, vous obligera à repasser par du développement pour la corriger par la suite.

Vous l’aurez compris, réaliser des tests UX sur une application au cours de son développement est un énorme gain de temps. Ces études permettront de vérifier plusieurs éléments :

  • le bon fonctionnement de l’application (avec le moins de bugs possible) ;
  • la cohésion de l’interface utilisateur, par rapport à l’attendu (concernant le design, l’ergonomie) ;
  • la performance (la technique supporte-t-elle l’application ?).

L’équipe marketing est souvent le moteur de cette phase de tests.

2. La recette, le contrôle technique d’une application mobile

Lorsque le développement est achevé (et en mode Agile, après chaque « livraison »), il est indispensable de mener une recette approfondie. Elle consiste à définir des scenarii correspondant aux comportements des futurs internautes, et à décrire ce qui doit se passer à chaque étape d’un scénario. On parle de plan de test, ou cahier de recette. Le testeur a donc pour attribution de reproduire ces scenarii, et de s’assurer que tout est bien conforme aux spécifications.

Ces tests remplissent principalement 2 objectifs :

  • détecter des dysfonctionnements, des erreurs ;
  • déceler d’éventuelles incohérences dans le parcours client.
Ils peuvent se faire manuellement, ou en utilisant des outils d’automatisation. Dans le cas d’une application, voici 10 points sur lesquels être vigilant : 
  1. Installation/désinstallation : lancement de l’application ;
  2. Performance : rapidité et consommation de batterie ;
  3. Connexion : impacts du réseau sur l’application ;
  4. Interruption : comportement en cas d’appel, de notification ;
  5. Interface : adaptation du design ;
  6. Langue : traductions adaptées et bonne utilisation des formats, devises ;
  7. Mémoire : gestion de la mémoire de l’application ;
  8. Stabilité : absence de plantage ;
  9. Soumission : conformité aux règles des stores.

Une fois ces 9 points ok, on est normalement prêts pour un test utilisateurs !

3. Test utilisateurs : notre spécialité !

L’utilité du test utilisateurs

Un test utilisateurs sert à comprendre le mobinaute, à en savoir plus sur la façon dont il appréhende et perçoit l’application, sa mobilité, et sur comment il utilise celle-ci.

Ce que l’on teste

Comme pour les tests utilisateurs évoqués précédemment, on s’assure que l’application est au point côté fonctionnel, technique, performance et interface (UI).

L’importance d’avoir des testeurs extérieurs au projet et à l’entreprise

Parce que l’équipe du projet connaît les objectifs de l’entreprise, travaille sur l’application depuis le début, ses membres manquent du recul nécessaire pour utiliser l’application comme un « vrai » utilisateur. Il est donc important de sélectionner soigneusement vos testeurs.

L’organisation de test utilisateur

Une fois que l’équipe sait tout ça, elle peut démarrer l’organisation du test. Il faut pour cela définir plusieurs choses :

  • Que voulez-vous tester ? Quels sont les parcours que devront réaliser les testeurs ?
  • Combien de mobinautes souhaitez-vous interroger ?
  • Quelle est la cible ? À qui voulez-vous demander de tester ? Pour cela, on peut définir des « personae » : créer des utilisateurs fictifs et se mettre dans leur peau.
  • Quelle méthode utilisez-vous : entretiens individuels, soft launch avec sondage, composition d’un groupe de bêta-testeurs, test à distance — modéré ou non, cela doit se faire en fonction de l’objectif d’échantillon et du budget.
  • Comment les testeurs vont-ils pouvoir accéder à l’application ?

Lorsque l’on a formalisé ces informations, le travail est loin d’être terminé. Il faut maintenant lister les tâches qui seront proposées au testeur, et veiller à ce que leur formulation soit la plus neutre et précise possible.

Exemple : si l’on teste une application de prise de RDV en ligne, on indiquera au testeur qu’il doit prendre RDV avec le Docteur Pargamin le 6 octobre à 10 h 30 et non « prenez un rendez-vous chez le médecin ».

Cette bonne formulation est essentielle : c’est d’elle que dépendent le bon déroulement des tests, et la qualité des retours exprimés par les testeurs.

On passe ensuite au recrutement des testeurs dont nous avons vu l’importance plus haut et au suivi de la phase de tests. Si besoin, n’hésitez pas à recourir à nos services pour recruter votre panel de testeurs.

4.Test d’application mobile : exploiter les retours utilisateurs

Les données obtenues, il est temps de les analyser pour les exploiter de la façon la plus opérationnelle possible ! L’objectif est de dégager 5 à 10 optimisations qui permettront d’améliorer l’application. L’exercice demande d’être à la fois rigoureux et objectif. Pour cela :

  • lire l’intégralité des retours formulés par les testeurs ;
  • identifier chaque problème remonté, et compter le nombre de fois où il est mentionné ;
  • lire entre les lignes : un élément que l’internaute ne « voit » pas sur la page peut être trop petit, mal placé, pas pertinent. Rien ne doit être exclu.

Enfin, voici quelques astuces pour prioriser les évolutions à réaliser :

  • les problèmes qui reviennent fréquemment ;
  • les évolutions « quick wins » qui peuvent être effectuées en quelques minutes ;
  • les problèmes critiques — bugs qui perturbent le bon fonctionnement de l’application.

Pour toujours améliorer l’application mobile, on peut faire des tests fréquents. Au fil du temps, les évolutions relevées seront mineures et permettront d’avoir un outil qui colle au plus près des attentes des utilisateurs.

N’hésitez plus, testez, retestez vos applications mobiles et respectez bien les 10 règles du test utilisateurs !

Envie d’en savoir plus ? Rendez-vous sur le site de la Mobile Marketing Association France pour télécharger le livre blanc des bonnes pratiques du test d’application mobile.

Si cet article vous a plu, n’hésitez pas à le repartager sur les réseaux sociaux et abonnez-vous à notre newsletter !

Tous les articles de la catégorie : | RSS

Thibault Geenen

Thibault Geenen

Thibault est fasciné par le pouvoir de l'UX, en particulier l'UX research et derrière cela les besoins et comportements des utilisateurs. En tant qu'entrepreneur, il est fan de la philosophie d'entreprise libérée qu'il s'efforce déjà de comprendre. Amateur de Science Fiction, il reste le seul être humain à croire que le livre 'Seul sur Mars' est un recueil de conseils pour entrepreneurs..

Vous avez un projet d'étude utilisateurs ? Contactez-nous