March 20, 2017

Tester : quoi, quand, comment

Cette fois, c'est décidé, vous allez faire tester votre site internet ou application mobile avec des personnes extérieures à votre projet. Mais en pratique, comment faire ? Cet article explore les basiques du test : quoi, quand et comment.


Quoi : il y a plus de tests possibles que ce que vous imaginez !

Les tests utilisateurs forment d'abord une méthodologie avant d'être mis en oeuvre par des solutions comme Ferpection qui les rendent plus modernes (souplesse, vitesse, valeur ajoutée des traitements informatiques). Par conséquent, ces méthodes sont indiquées pour toutes les questions où il y a un gain à faire parler l'utilisateur final au sujet d'une interface ou d'une information sur un écran. 

Ces questions peuvent se poser sur des sites internet et des applications mobiles bien sûr mais le champ des possibles va bien au-delà : de l'objet connecté à votre dernière vidéo, de votre projet innovant de chatbot au benchmark de vos concurrents, pratiquement tout contenu sur un écran peut faire l'objet d'un test utilisateur.

Si vous vous demandez sur quels sujets vous pourriez interroger vos utilisateurs, vous allez rapidement vous apercevoir qu'il y a beaucoup d'opportunités. Voici les "quoi" les plus courants :

Les différents usages des tests utilisateurs


Quand partager avec des clients : tôt et régulièrement !

Plus tôt on écoute les utilisateurs, plus tôt il est possible de prendre des décisions en adéquation avec leurs attentes en amont des développements. Tester tôt est donc d'abord une question de rendement financier de vos équipes, qu'elles soient internes et externes.
Plus régulièrement ce sera fait et plus les risques de créer un site internet ou une application inutilisable seront limités. Tout au long du projet, quand il est possible d’économiser des semaines de travail, des milliers de lignes de code, énormément d’énergie à débattre sur des décisions ayant peu de valeur ajoutée et, suite logique de tout cela, beaucoup d’argent ! Il n’est pas nécessaire d’attendre une version quasi finie pour tester. Pourquoi s’en priver ? A l’inverse, se limiter à des tests au lancement revient à faire l’impasse sur une précieuse source de productivité.

Voici trois types de "quand" opportuns pour vos enquêtes :

  • Quand vous développez et même avant :
    • Tester des maquettes / wireframes / prototypes pendant la phase de design.
    • En mode agile, tester à la fin de chaque sprint, quitte à réduire le nombre de personnes interrogées ;
    • En cycle en V, tester dès qu'une démo fonctionnel est disponible.
    • juste avant ou après lancement, conduire un test grandeur nature pour réaliser des optimisations immédiates et piloter votre roadmap produit.
  • Quand vous approchez un nouveau marché : réaliser un benchmark des applications et sites internet concurrents permet de comprendre ce qu’en perçoivent les utilisateurs.
  • Quand vous procédez à une refonte : à chaque mise à jour majeure, un audit utilisateurs pour tester la version en cours aide à identifier les forces et faiblesses actuelles tout en alimentant votre réflexion.



Comment tester avec des utilisateurs : choisissez la méthodologie adaptée

Pour réaliser des tests utilisateurs, il existe plusieurs méthodologies. Toutes consistent à observer des utilisateurs prendre en main votre site internet ou votre application mobile. Voici les principaux "comment" utilisés sur le marché :

  • Les entretiens individuels ou tests en présentiels représentent la méthode la plus connue et l’une des plus puissantes puisqu’elle permet d’obtenir des retours qualitatifs grâce à une observation directe de l’utilisateur. Cependant, le fait de faire venir l’utilisateur engendre des coûts, une organisation complexe et des biais puisque les conditions de test sont très éloignées de l’usage réel sur un ordinateur, un smartphone ou une tablette. Si vous avez un doute, essayez d'utiliser un téléphone Android si vous avez vous-même un iphone et réciproquement.
  • Les soft-launchs permettent de limiter le lancement à un pays spécifique ou une cible spécifique. Cette démarche ne constitue pas en soi un test utilisateur et doit donc être complétée par un recueil des avis des visiteurs : commentaires laissés sur le store, questionnaires, notes... Son défaut est d'ailleurs souvent lié au côté inexploitable d'une majorité des verbatims recueillis ("j'aime pas", "ça marche pas", etc.)
  • La création d’une communauté de bêta-testeurs parmi les ambassadeurs ou early adopters permet d’interroger les utilisateurs les plus engagés. La mise en place d’outils de recueil d'avis exploitables est, comme pour les soft launchs, nécessaire. Une telle communauté représente également des coûts de maintenance importants et des compétences souvent éloignés de votre propre métier.
  • Les tests à distance modérés. Le client est dans son environnement avec un modérateur capable de le guider à distance. Tous deux vont se parler via un site et les sessions sont enregistrées à travers une webcam, un blog “carnet de voyage” ou une capture vidéo de l’écran du smartphone.
  • Les tests à distance non modérés, réalisés par des plateformes de tests utilisateurs comme Ferpection. Le panéliste reçoit une série de tâches à réaliser et relate son expérience à travers une webcam, un blog “carnet de voyage” ou une capture vidéo de l’écran du smartphone durant son utilisation de l’application. L’absence d’animateur permet d’accélérer la réalisation du terrain, d’accéder à des tailles d’échantillon statistiquement significatives et de tester en conditions réelles sans biais introduit par la présence d’observateur.

Plus largement, ces moyens et d'autres comme l'AB test vont s'articuler dans le temps pour constituer une stratégie d'optimisation :
Calendrier des tests



Enfin, si vous souhaitez savoir combien d'utilisateurs interroger lors d'un test de site comme d'application, rendez-vous sur notre article dédié à ce sujet.

Vous avez apprécié cet article ? Retrouvez-le et bien d'autres dans le livre blanc de la MMAF sur la qualité des applications mobiles auquel Ferpection a contribué avec Orange, Stardust et Open.

| | |

En savoir plus sur les tests utilisateurs
Auteur
Thibault Geenen

Thibault Geenen

Thibault est fan de la méthode lean start-up d'Eric Ries (qu'il applique avec beaucoup de sérieux) et faire des blagues que ses jeunes protégés ne comprennent pas toujours. Grand amateur de Science Fiction, il a récemment écrit un article faisant un lien entre entreprenariat et le film 'Seul sur Mars'.