Contact client : +33 1 76 42 00 45 hello@ferpection.com

April 9, 2019

Comment les tests utilisateurs s’intègrent à votre process de gestion de projets

Il y a un lien fort entre les projets et les tests utilisateurs. Une entreprise qui mène des projets − et pas uniquement dans le domaine du développement informatique − doit penser à intégrer les tests utilisateurs à l’ensemble de son processus de travail. Inversement, une entreprise qui aurait la louable intention de procéder à des tests utilisateurs pour valider un concept, sans pour autant gérer le projet avec rigueur et méthode, ne ferait que mettre la charrue avant les bœufs.


De l’utilité d’un process de gestion de projets

La question de l’utilité d’une méthodologie pour gérer les projets d’une entreprise peut se poser. Toutefois, rares sont les cas pour lesquels l’application d’un formalisme strict se révèle plus négative que positive. Typiquement, il s’agit de contextes dans lesquels la réactivité apporte un gain largement supérieur à la planification et à la validation de la qualité.

L’exemple le plus fréquent est celui des jeunes startups qui testent à la fois leur business et leurs méthodes ; ou encore les projets de prototypage rapide qui doivent faire émerger un produit en quelques jours ou le temps d’un hackathon.

Dans tous les autres cas, à partir du moment où une équipe doit produire des résultats prédictibles, elle améliore ses résultat en suivant un process établi. Par « prédictible », on désigne des projets dont le résultat doit être conforme à une attente, que ce soit en termes de qualité, de délai et/ou de coûts (voir Le triangle Qualité, Coût, Délai).
Suivre un process permet de s’assurer que le travail à effectuer a été réfléchi en amont ; que l’on est dans l’action et non dans la réaction ; que l’on n’oublie aucune étape importante, et que les validations nécessaires sont en place.


Découper pour mieux régner

Nous touchons là aux fondements de la gestion de projets. Quand on doit effectuer un travail trop important pour être fait par une seule personne sur une courte période de temps, il faut découper, encore et encore.

Définir un process, c’est identifier les différentes étapes par lesquelles passent les projets. Pour chacune de ces étapes, il faut se poser quelques questions essentielles :

  • Qui doit effectuer l’étape ?

  • Comment ce travail doit-il être effectué ? En utilisant quels outils, quelles bonnes pratiques ?

  • Quels sont les résultats attendus, et comment sont-ils mesurés ?

  • Quel budget-temps y est alloué ? Au-delà de quelle durée la rentabilité n’est pas assurée ?

  • L’étape est-elle obligatoire ? Peut-elle être faite en même temps qu’une autre étape ?


Assigner ou non, mais contrôler la qualité

Certaines personnes opposent méthodologies agiles et mise en place de workflows. C’est une erreur courante.

Les méthodes agiles se basent sur des développements itératifs et incrémentaux. Dis plus simplement, cela consiste à faire des avancées courtes et répétées, où le client vérifie à chaque itération que l’on est aligné avec ses besoins. C’est à opposer à une approche qui ferait qu’on signerait un énorme cahier des charges, pour se lancer ensuite dans un long tunnel de développement, qui au final ne correspondra pas − ou plus − aux besoins du client.

Mais chaque itération d’un projet agile ne doit pas être menée comme une simple tâche ne faisant intervenir que du développement. Il faut (re)passer en revue les besoins du client, éventuellement en reprenant des étapes d’étude fonctionnelle, aussi courtes soient-elles.

Souvent, la différence se résume à dire qu’une approche agile implique de ne pas assigner les projets aux membres de l’équipe, mais de les laisser choisir les projets sur lesquels ils vont travailler, au fur et à mesure qu’ils auront terminé leurs tâches précédentes. Cette manière de fonctionner n’est en rien incompatible avec la mise en place d’un process constitué d’étapes. L’assignation n’est alors pas portée par une unique personne, mais par un groupe de personnes.

Par contre, quelle que soit la méthodologie utilisée, certaines étapes de votre process doivent être contrôlées. La qualité est un facteur-clé de réussite des projets, et il est important de définir les attentes à ce sujet. Cela implique de définir clairement ce qui doit être produit, quelles sont les étapes qui doivent être contrôlées, qui doit en contrôler le résultat, et quels sont les indicateurs sur lesquels le contrôle est effectué.

Process projet et tests utilisateurs

Pourquoi les tests utilisateurs font partie intégrante de votre process

Les tests utilisateurs sont parfois menés en dehors de toute logique de gestion de projets. Cela peut arriver lorsque ces tests sont menés par une entité qui n’est pas en lien avec le suivi des projets au quotidien. Mais est-ce une bonne idée ?

Le plus fréquemment, cela survient quand une équipe doit identifier les sujets qui deviendront plus tard des projets de développement. On associe cette étape à de la prospection, par opposition à des tests qui seraient intégrés à un process projet. L’idée est de commencer par recueillir les remarques des utilisateurs, qui seront ensuite analysées et décomposées en plusieurs projets − qui seront, pour leur part, gérés convenablement.

Mais même en voulant mener une telle campagne prospective, prenez en compte les facteurs suivants :

  • Les tests utilisateurs ne s’improvisent pas. Ils doivent être préparés en amont, pour s’assurer qu’il ne portent pas sur tout et n’importe quoi ; et ils doivent être analysés en aval, pour qu’ils portent leurs fruits par la suite. Au minimum, une campagne de tests doit être gérée comme un projet à part entière.

  • Une démarche purement prospective indique souvent que l’on avance dans le noir, qu’on ne sait pas par où commencer, et qu’on est tenté de laisser aux utilisateurs la responsabilité de ce choix. Mais souvenez-vous de ce que disait Henry Ford : « Si j’avais demandé aux gens ce qu’ils voulaient, Ils auraient répondu des chevaux plus rapides. » Découpez-la plutôt en ateliers plus petits, chacun d’eux étant en lien direct avec un chantier d’amélioration qui sera géré comme un projet à part entière.


Idéalement, on évitera de mener une grande étude fourre-tout. Les tests seront toujours plus efficaces s’ils sont effectués avec un focus particulier, quite à en conduire plusieurs sur la vie du projet. Le mieux étant de les intégrer à un projet, pour aider à le définir et/ou à le valider, tout en bénéficiant de la gestion du projet en termes de suivi du planning et des ressources.


Où se placent les tests utilisateurs dans votre process ?

En schématisant, les tests utilisateurs peuvent être intégrés à deux moments-clés de la vie d’un projet : durant sa conception et avant son déploiement.

La conception d’un projet (produit, service ou autre) est un moment particulièrement important. Elle est habituellement confiée à une ou plusieurs personnes qui utilisent leur expérience et leur instinct pour répondre au besoin des futurs utilisateurs et clients.

Quand on conçoit quelque chose, on a sa propre vision de ce qu’il faut créer, de ce qu’il faut améliorer, de ce qui ne fonctionne pas de manière optimale et qu’on veut perfectionner. Cette vision sera toujours plus précise et plus efficace si elle est enrichie par les retours des utilisateurs.

Chacun de ces retours apportera un éclairage différent, possiblement novateur, sur la vision que vous avez de votre produit. S’affranchir de ces informations, c’est prendre le risque de rater un détail de conception important, ou de concevoir un produit pour soi-même mais qui ne trouvera pas sa cible (voir "Ecouter les utilisateurs pour éviter 43% de chances d’échouer dans vos projets de refonte").

Une fois que ce travail a été effectué, on définit les spécifications. Et là, comme on dit, “le diable se cache dans les détails”. Suivant les cas, vous produirez une spécification écrite, ou des maquettes graphiques, ou encore un prototype non fonctionnel. Là encore, les tests utilisateurs seront utiles pour confronter cette spécification à l’avis de vraies personnes. Écoutez leurs retours, étudiez leurs réactions, vérifiez qu’elles comprennent correctement votre réalisation. Ainsi, vous pourrez améliorer votre produit avant même de l’avoir développé, car il coûte beaucoup moins cher de modifier une spécification que d’altérer un produit fini.

En bout de chaîne, on fait souvent passer des tests de qualité aux projets, avant de considérer qu’ils sont prêts à être déployés (mise en ligne d’un site web ou d’une application mobile, mise sur le marché d’un produit, lancement d’un service…). C’est nécessaire pour s’assurer que le produit fini est conforme à ce qui avait été défini.

Toutefois, on peut avoir respecté scrupuleusement un cahier des charges sans pour autant obtenir le résultat que les clients attendent. Encore une fois, il sera toujours plus rentable d’effectuer des tests utilisateurs avant de mettre le produit sur le marché. Dans le meilleur des cas, on obtiendra un feu vert pour le lancement ; dans le pire des cas, on pourra revoir le produit avant d’investir dans un lancement qui n’apportera pas un bon retour sur investissement.

Comment gérer les tests utilisateurs au sein de votre process ?

La question n’est pas de gérer les tests utilisateurs ; il s’agit de gérer des projets, en respectant un process qui inclut les tests utilisateurs.

La première chose à faire est de définir explicitement les étapes qui composent votre process, comme vu précédemment (« Découper pour mieux régner »). Les tests utilisateurs doivent en représenter une (ou plusieurs) étape, avec idéalement une définition claire des responsabilités, résultats attendus et temps alloué.

Vous devrez ensuite intégrer ce process à votre outil de gestion de projets. Vous devrez pouvoir vous reposer dessus, que ce soit pour le respect des dates d’échéance, ou pour les assignations. La quasi-totalité des logiciels de gestion de projets est basée sur des tâches, qui doivent être assignées au gré de l’avancement des projets, sans gestion réelle des deadlines. De fait, cela ne constitue pas un flux de travail, seul garant de la conduite efficace du process établi.

Il est donc important de choisir un outil qui saura vous seconder efficacement ; non pas en se basant sur de simples tâches difficiles à maîtriser, mais en gérant toutes les étapes de votre process. Vous gagnerez en efficacité et en productivité.

Pensez à donner aux tests utilisateurs toutes les ressources nécessaires à leur pleine exploitation. Cela peut réclamer des gens pour s’en occuper, du temps pour les mener correctement et les analyser finement. À vous de définir vos moyens en fonction de vos objectifs. Ferpection est là pour vous accompagner sur tous ces aspects, n’hésitez pas à faire appel à eux.


A propos de l'auteur : Amaury Bouchard est spécialiste de la gestion de projets et créateur de la solution Skriv. Nous le remercions chaleureusement d'avoir écrit cet article pour le blog Ferpection.

|

RSS
Auteur
Amaury Bouchard

Amaury Bouchard

Amaury est fondateur de Skriv, un logiciel de gestion de projets innovant qui permet de se concentrer sur les tâches à forte valeur ajoutée.

Vous avez un projet d'étude utilisateurs ? Découvrir la démo gratuite